Franck : L’Organiste (à l’harmonium, J.Verdin)

BIGContrairement à ce que laisse supposer son titre, L’Organiste est un recueil d’oeuvres pour harmonium. Franck avait prévu de faire sept pièces pour chaque tonalité, mais il mourut avant d’avoir pu terminer son projet. L’oeuvre date de 1890, et comporte une cinquantaines de pièces souvent courtes. Bien entendu les organistes s’en sont emparés, mais c’est passer à côté du charme de l’harmonium. Franck est un compositeur qui a mis du temps à se trouver, et c’est finalement assez logique que cette oeuvre soit un chef d’oeuvre. Son statut d’oeuvre inachevée et le fait qu’elle soit liée à un instrument totalement passé de mode, explique peut être cet oubli. Il ne s’agit en aucun cas d’une oeuvre anecdotique ou mineure. Le soufflet de l’harmonium, très proche de l’accordéon, donne un phrasé, une respiration à cette musique, que l’orgue ne peut donner. L’instrument ne brillant pas par sa précision sonore, l’entreprise peut vite tourner au massacre. Ce n’est pas le cas ici : les instrments utilisés sont corrects, et la prise de son tout à fait satisfaisante. Grâce soit donc rendue à Joris Verdin pour cette intégrale. Je rajoute qu’il y a quelques pièces en plus de L’Organiste, dont la version transcrite de l’orgue pour un piano et un harmonium de Prélude, Fugue et Variation, qui est peut être meilleure que la version originale.

Ce contenu a été publié dans Franck, Orgue, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *