Couperin : Leçons de Ténèbres (C. Greuillet / I. Desrochers / O. Vernet)

512ZNpA6aGL__SL500_AA300_Les Leçons de Ténèbres sont un genre musical liturgique prenant sa source au XV° siècle (il s’agissait des Lamentations à cette époque) : il s’agissait d’accompagner les offices des Matines (la nuit donc) des derniers jours de la semaine sainte (les jeudi, vendredi et samedi saints). Il ne faudra cependant pas vous étonner de voir « pour le Mercredy Saint » concernant les œuvres de Couperin : en effet les offices nocturnes furent déplacés pour des raisons de praticité à l’après-midi précédent. Enfin si il est presque sûr que Couperin a écrit également pour les jours suivants, hélas seul le mercredi nous est parvenu, ce qui ne manquera pas de nourrir les plus vifs regrets des mélomanes tellement cette œuvre est une des plus touchantes de l’ère baroque.

Chacune des nocturnes comportait trois leçons. La première nocturne incluait les trois premières leçons tirées des Lamentations de Jérémie, où le prophète de l’Ancien Testament pleure Jérusalem détruite par les babyloniens au VI° siècle avant notre ère (en particulier la destruction du premier temple). C’est ainsi que les trois leçons se terminent par une entêtante et envoûtante répétition du mot « Jérusalem ». Si le cadre formel du genre est assez strict, le compositeur avait en revanche le choix des tessitures vocales. Ainsi Couperin fait le choix de deux sopranes : une pour la première leçon, une pour la deuxième et la troisième les réunissant en duo, le tout durant un peu moins de quarante minutes. Les monodies tortueuses et ô combien inspirées des sopranes sont accompagnées fort discrètement par l’orgue.

Catherine Greuillet et Isabelle Desrochers ont envie de chanter cette œuvre et le font très bien sentir, loin du cachetonnage ou même du professionnalisme trop lisse. Pour compléter le disque, les concepteurs ont eu la très bonne idée d’intercaler, entre chaque leçon, les quatre mouvements de la Deuxième Suite pour viole du même compositeur, culminant dans son magnifique troisième mouvement, gravement surnommé Pompe funèbre.

Ce contenu a été publié dans Couperin, Musique sacrée, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Couperin : Leçons de Ténèbres (C. Greuillet / I. Desrochers / O. Vernet)

  1. DavidLeMarrec dit :

    Oui, c’était pour permettre à ces concerts devenus mondains d’être plus accessibles !

    Pour être plus précis, les Leçons de Ténèbres ne sont pas toutes des Lamentations (de Jérémie) : il y avait trois nocturnes pour chaque office des Ténèbres, chacun contenant trois Leçons. Seules celles du premier nocturne étaient chantées, les Lamentations de Jérémie précisément.

    Le disque que tu présentes est tout simplement le plus beau de toute la discographie (pourtant riche), et ce ne sont pas des paroles en l’air, je crois les avoir à peu près tous écoutés. Orgue magnifique, chanteuses superbes, à la fois très expressif et assez méditatif. Une idée de la perfection.

  2. admin dit :

    Les mondanités oui j’ai lu ça ^^. Et moi qui croyait que la musique sacrée désacralisée ça datait du 20° … ou tout au plus du 19° … ^^

    Par contre j’ai bien précisé :
    « Chacun de ces offices comportait trois leçons. Les trois premières leçons (celles du mercredi donc) sont tirées des Lamentations de Jérémie ».
    Donc oui les autres leçons ne sont pas des Lamentations. Seulement chez Couperin ce sont les seules qu’il nous reste (hélas).
    (Pas bien de lire en diagonale !!!)

  3. DavidLeMarrec dit :

    « Par contre j’ai bien précisé : »

    Je réagissais à ta première phrase qui présentait comme synonymes Leçons et Lamentations. 🙂

    « Donc oui les autres leçons ne sont pas des Lamentations. Seulement chez Couperin ce sont les seules qu’il nous reste (hélas). »

    Les Leçons du Jeudi et du Vendredi sont aussi des Lamentations de Jérémie. 🙂 En revanche, chaque jour, les deuxième et troisième nocturnes contenaient chacun trois autres Leçons, jamais mises en musique.

    Nous manquent donc les Lamentations du Jeudi et du Vendredi pour Couperin.

  4. admin dit :

    Rectifié !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *